Lundi 26 Août 2019 - Sensations Normandie

Robbie Williams

Robbie Williams

C'est le 13 février 1974 que Robert Peter Williams voit le jour, à Stoke-on-Trent, grande agglomération du Staffordshire, au sud de l'Angleterre. Elevé par sa mère après le divorce de ses parents, Robbie est un piètre écolier, occupé à faire le clown bien plus qu'à suivre une scolarité cohérente. Le jeune homme arrête d'ailleurs très tôt, après avoir échoué à obtenir l'équivalent britannique du Brevet des Collèges, et trouve un emploi de vendeur. Mais l'adolescent, grâce au soutien de sa maman, n'est pas destiné à végéter bien longtemps dans le commerce : convaincue du talent de chanteur et de comédien de son rejeton, la mère de Robbie Williams le pousse en 1990 à se présenter à un casting pour faire partie d'un boys band.

Le jeune homme est embauché et rejoint un groupe de cinq chanteurs/danseurs, bientôt baptisés Take That. Lancés par les singles « It Only Takes a Minute », « I Found Heaven » et « A Million Love Songs », Take That est rapidement lancé au sommet des classements et s'attaquent bientôt au marché européen, remportant de grands succès dans certains pays, notamment en Italie. Robbie Williams, qui fait figure de « bad boy » du groupe, apprécie le succès, mais se trouve à l'étroit dans le groupe, manquant à son goût de liberté dans sa production artistique, sa frustration le conduisant malheureusement à abuser d'alcool et de drogues.

Trois albums en cinq ans (et un Greatest Hits certifié Disque de platine) : Take That s'affirment comme le boys band européen le plus dynamique et vendeur. Mais, en juillet 1995, Robbie Williams quitte le groupe, sans que les raisons exactes de son départ (volontaire ou non) soient réellement explicitées. Désireux de se lancer dans une carrière personnelle, le chanteur se trouve embringué dans un litige légal avec sa maison de disques, qui évoque une clause de son contrat l'empêchant de chanter en solo s'il quitte le groupe. Robbie Williams vit très mal la situation, ses mauvaises habitudes reprenant de plus belles : il finit par avoir gain de cause contre BMG et passe chez EMI, mais le conflit l'a laissé sur les rotules. Il fréquente assidûment les frères Gallagher (Oasis), dans l'espoir de collaborer avec eux sur des chansons, mais ne réussit pas à obtenir grand-chose avant de se brouiller avec les ombrageux frangins. Les problèmes de Robbie Williams, psychologiquement fragile, et sa consommation d'alcool, l'ont également conduit à prendre du poids, affectant son image de beau gosse. A vingt et un ans, l'ex-Take That semble promis à un destin de has-been précoce.

Alors qu'il est toujours en train de lutter pour se libérer de l'addiction à la drogue, Robbie Williams décide de relancer sa carrière, préparant son premier album solo avec le parolier et producteur Guy Chambers. Le premier single, « Old Before I Die », sort en avril 1997, et atteint la seconde place du classement britannique. Les singles sortent alors que Williams est en cure de désintoxication et l'album, Life Thru a Lens, sorti à l'automne, ne se vend que très moyennement. En décembre de la même année, la maison de disques sort un quatrième single, « Angels », afin de tenter une dernière fois de booster les ventes : à la surprise générale, la chanson est un triomphe, permettant à Robbie Williams d'escalader le hit-parade, non seulement britannique, mais également européen et latino-américain, relançant les ventes britanniques de Life Thru a Lens au-delà de toute espérance. Robbie Williams est aussitôt signé chez Capitol Records, la filiale américaine d'EMI, qui prépare son lancement sur le marché nord-américain.

Lire la suite sur music-story.com