Mardi 16 Août 2022 - Sensations Normandie Seine - Rouen

La photographe Caroline Bazin expose ses portraits d’artisanes à l’hôtel Bourgtheroulde à Rou

Exposition. Point d’orgue d’un projet de cinq années, Caroline Bazin dévoile une cinquantaine de photos d’artisanes en pleine activité. Un superbe travail de patience et de passion.

Pendant une dizaine d’années, Caroline Bazin a exercé dans les ressources humaines, dans une entreprise proche de Rouen. Passionnée par la photographie, elle décide, il y a cinq ans, d’assouvir pleinement sa passion. « J’ai démissionné, puis me suis reconvertie professionnellement. » Caroline Bazin monte son autoentreprise et se lance dans le photoreportage. Autodidacte, la photographe se définit comme « photo-sociale : je m’intéresse au quotidien, le mien et celui des autres ».

« Passionnée par les passionnées »

Ce lancement correspond au démarrage d’un projet qui lui tient à cœur : réaliser des portraits d’artisanes, en pleine activité. « J’avais envie de rencontrer d’autres artisanes, car nous sommes souvent seules dans notre profession, de voir comment elles travaillaient, de comprendre... » Or, ajoute-t-elle aussitôt, « tout ce que je vis, je le prends en photo ». Fanny, la pâtissière de Bihorel, est la première à passer devant l’objectif. Elle sera suivie par beaucoup d’autres : restauratrice de céramique, fleuriste, modiste, bouchère, maréchale-ferrante... Le bouche-à-oreille fonctionne. Les artisanes se connaissent, conseillent à Caroline Bazin de nouvelles rencontres. « Je suis passionnée par les passionnées », confie la photographe, qui consacre parfois plusieurs journées à ses sujets. Les photos sont numériques. « Il n’y a aucune mise en scène. Je passe du temps avec les personnes, parfois plusieurs jours, et je leur dis de faire comme si je n’étais pas là. »

Cinq ans après avoir lancé sa série de portraits, Caroline Bazin a décidé de les exposer. À partir du 4 mars, la coursive, située au premier étage de l’hôtel de Bourgtheroulde, accueillera une cinquantaine d’images. Cette exposition n’est pas une fin en soi. C’est même « le début d’autre chose » pour Caroline Bazin. « Je pense qu’il est important que les jeunes sachent, aujourd’hui, que l’on peut vivre d’un travail de ses mains. Qu’ils ne s’empêchent pas, comme moi quand j’étais adolescente, de penser à faire carrière. » Aujourd’hui installée à Saint-Jean-du-Cardonnay, elle espère pouvoir lancer des conférences-témoignages, avec les artisanes, dans les établissements scolaires. « Aujourd’hui, il y a différents parcours dans une vie professionnelle. Quand on demande aux jeunes de faire un choix, en 3e ou en seconde, j’aimerais qu’ils se disent que l’artisanat, c’est possible, que l’on peut travailler de ses mains et maîtriser toute la chaîne de production. J’aimerais juste éveiller leur curiosité. »

Exposition « Entre leurs mains », du 4 mars au 12 mai à l’Hôtel de Bourgtheroulde, à Rouen. Entrée libre.