Lundi 28 Septembre 2020 - Sensations Normandie

Municipales 2020. À Bernay, des candidats avec ou sans soutien

Politique. Deux candidats sur les quatre en lice à Bernay sont parrainés dans le cadre de leur campagne électorale. Ainsi, le président de Région et deux sénateurs ont apporté leur appui. Explications.

À chacun sa méthode ! La moitié des candidats à la mairie de Bernay a choisi d’être épaulée par des personnalités politiques et l’autre moitié a préféré se dispenser de tout soutien.

Ainsi, Ulrich Schulmberger (SE) - un temps annoncé comme pouvant bénéficier du soutien du mouvement Ensemble pour l’Eure -, présidé par le ministre LREM Sébastien Lecornu, est épaulé par le président de Région, Hervé Morin. Marie-Lyne-Vagner (SE) est soutenue par la sénatrice Nicole Duranton (LR) et l’ancien sénateur et maire de Bernay, Joël Bourdin (UMP).

Les deux autres candidats, Ludovic Benmokhtar (SE) et Pascal Didtsch (DVG) font cavalier seul en se contentant de miser que sur l’attrait de leurs équipes respectives.

« Pas besoin
de béquilles
 »

Ludovic Benmokhtar souhaite être un maire libre : « Je ne veux rendre des comptes qu’aux Bernayens. Néanmoins, cette course aux soutiens prouve que je suis aujourd’hui le seul véritable candidat sans étiquette et que ma candidature n’a pas besoin de béquilles pour tenir debout. Elle repose sur un projet ambitieux et une équipe compétente. »

« La rue me suffit »

Pascal Didtsch, après s’être présenté à divers scrutins et avoir été soutenu par le Parti de gauche, le Parti communiste, la Gauche unitaire, ex-courant « Unir » de la Ligue communiste révolutionnaire et du Nouveau parti anticapitaliste, aujourd’hui sous l’étiquette rassembleuse de Front de gauche, estime ne pas avoir besoin de ténors politiques pour conforter sa candidature. « Mon vrai soutien vient de la rue et cela me suffit. »

« Un message important »

Ulrich Schlumberger déclare qu’« un bon maire, c’est aussi un maire qui a facilement accès aux décideurs régionaux et nationaux pour défendre ses projets. En cela, le soutien d’Hervé Morin constitue un message très important pour ma campagne [le président de Région a tenu une réunion publique aux côtés du candidat hier soir, Ndlr]. Les électeurs voteront en toute conscience, selon leurs convictions. Néanmoins, c’est un soutien important car il assure Bernay du précieux concours de la Région, notamment sur des projets forts comme le développement de l’offre de formation ou les questions de mobilité. Par ailleurs, les Bernayens savent qu’ils peuvent faire confiance à celui qui a été leur député pendant une vingtaine d’années et auquel ils ont toujours accordé leur confiance à chaque élection. Ils savent qu’il est fortement attaché à notre ville et à la Région Normandie. »

Des soutiens spontanés

Marie-Lyne Vagner préfère donner la parole à ses soutiens qui l’ont spontanément accompagnée « sans les avoir sollicités ».

Nicole Duranton dit accorder sa confiance à la candidate, parce qu’« elle aime, connaît sa ville et son territoire mieux que quiconque et les préoccupations des Bernayens. Sans relâche, elle est toujours restée à leur écoute. Elle veut pour eux une ville ambitieuse et audacieuse ».

De son côté, Joël Bourdin reconnaît l’authenticité et l’expérience de Marie-Lyne Vagner : « À tout prendre, au niveau local, il est préférable de s’appuyer sur des gens ancrés dans notre territoire que sur des personnes qu’on ne fait que découvrir et dont l’historique de carrière, à peine suggéré, ne garantit pas une réelle préparation à la gestion municipale. »

Enfin, pour l’ancien sénateur, « le savoir-faire de Marie-Lyne Vagner constitue un véritable atout dans ce domaine où l’improvisation n’est pas recommandée ».