Lundi 28 Septembre 2020 - Sensations Normandie

La Région adapte son plan de transport à la crise du COVID-19

La Région Normandie a décidé d’adapter le plan de transport ferroviaire et routier sur le territoire, conformément aux consignes sanitaires nationales de limitation des déplacements, annoncées lundi soir par le Président de la République.

 

A cet effet, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, a réuni hier les équipes régionales de la SNCF et les services régionaux en charge de la mobilité afin d’établir un plan de transport adapté à la situation de crise que traverse le pays du fait de l’épidémie de COVID-19.

 

La Région maintiendra un nombre minimum de dessertes en train et en bus afin que puissent être assurées les missions de service public indispensables en cette période de lutte contre l’épidémie, et tout particulièrement celles des soignants, ainsi que les activités essentielles à la vie du pays, en particulier l’industrie agroalimentaire, la fourniture d’eau, d’énergie et les commerces autorisés à poursuivre leur activité (magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac/presse et stations-services).

Ce plan de transport a été évoqué avec plusieurs associations d’usagers. Il sera progressivement mis en œuvre à compter de mercredi 18 mars : 20 à 30 % des dessertes seront encore assurées à partir de demain et environ 10 à 15 %  à compter de jeudi.

 

La SNCF s’est par ailleurs engagée à procéder à un nettoyage quotidien et systématique des trains afin de limiter la propagation du virus. Etant donné la baisse de fréquentation dans les trains, un matériel moins capacitaire sera utilisé, plus adapté aux besoins et laissant en maintenance le matériel à grande capacité afin que la reprise habituelle du service ferroviaire puisse se faire le temps venu dans les meilleurs conditions.

Enfin, en ce qui concerne les abonnements des voyageurs pour les lignes de train normandes, Hervé Morin a demandé à SNCF d’étudier les modalités techniques d’un remboursement ou d’une suspension des abonnements pour la deuxième quinzaine de mars, voire pour le mois d’avril si la situation devait se prolonger.